ANNAF

Ma démarche s’articule autour d’une problématique centrée sur la recherche de matérialisation, de concrétisation de ce qui est un espace d’abord mental. Cet espace mental est pour moi l’espace que développe le mot, influencé par les injonctions, la mémoire, la connotation individuelle et collective. C’est ensuite une construction mentale qui se veut logique et scientifique donc schématisée, moteur du geste et du mouvement humain. Et le tout est un jeu pour reconstruire le monde.

Mon travail s’appuie sur plusieurs médiums d’où découlent un programme, un inventaire de gestes, de mouvements répétitif qui vont finir par produire un non-sens :  répertorier toutes les îles de Mascareignes, toutes les couleurs du coucher de soleil, enregistrer le mouvement du métro pour représenter son trajet, cartographier la forme du ciel ou encore tamponner pour peindre, écrire, compter…

Autant d’actes qui s’inscrivent dans une volonté d’épuiser  la forme et le sens certes, mais pour créer quelque chose qui soit un lien avec le monde, le public, l’autre, soi‑même. J’invite au déplacement aussi bien physique que mental.

La finalité si elle existe, serait de créer quelque chose comme un territoire commun, partagé, invisible souvent mais permettant une expérience de la forme, du mot et du temps autre que celle que nous impose une société organisée sur une pensée scientifique, un travail sérieux et une production sensée.

24 juin 2019
 ANNAF
annaf.reunion@gmail.com
www.annaf.fr